Débat autour des élections présidentielles françaises en cours pour adultes

La FRANCE, les ENJEUX et la CITOYENNETE

 

Ce matin, cours hebdomadaire de Français Langue Etrangère avec 6 de mes élèves.

J’annonce que j’ai annulé mes plans, pratiquement à la dernière minute, en raison de l’actualité.

Nous sommes à deux jours des élections présidentielles françaises, le 21 Avril 2017.

Mes élèves préférées arrivent (elles sont toutes mes préférées!) oui j’assume. Elles arrivent avec un grand sourire et le but est que nous fassions une opération “Language oral” et “Only speak french” elles aiment quand je leur parle anglais et me répondent “Ja !” petit rituel qui brise la glace.

Les règles du jeu sont simples : il s’agira d’une dictée à l’adulte, (sous-entendu : un débat!!) sachant qu’il n’y a aucun jugement de valeur, que je ne veux pas savoir pour qui elles voteraient mais que je cherche à les faire parler français et à expliquer des mots difficiles. Je leur présente donc des feuilles A4 que je remplirai une fois mon tableau blanc (en classe) rempli de suffisamment d’expressions ou de mots “difficiles” (comme une carte mentale, de la métacognition, ou un brain storming).

Voici comment se présentent mes feuilles A4 en sens “portrait” préparées à l’avance :

 

 

 

Les élections présidentielles

 

 

 

 

Le rôle du président de la République

 

 

Les symboles de la France dans le monde

 

 

Les valeurs, droits et devoirs pour vivre ensemble

 

Comme le débat est toujours en partie ouvert et qu’il peut donc dévier, je me suis posée plusieurs questions en amont sur les réactions possibles, le problème de compréhension (la nécessité de reformuler, donner des synonymes, reposer mes questions d’une autre manière etc). Mais la place la plus risquée était donnée au sens, au caractère, au contenu du débat lui-même, surtout en ces conditions, avec une actualité ternie par les derniers événements politiques, bouleversée par les menaces et l’ambiance tendue sur le plan national. Je me suis dit : et si tu parlais des Champs Elysées et des monuments qu’elles connaissent ? de la Marseillaise ? etc. Tout cela dans un seul but : faire parler, peu importaient les erreurs.

 

Parfois, je note uniquement quelques mots lors d’un débat et je les garde pour moi sur une feuille A4, puis je les relis en fin de débat et je demande si j’ai bien noté et bien reformulé ce que j’avais compris de leurs propositions. Nous avions fait cela pour le débat “Egalités hommes/ femmes en France”, que nous avions fait lors de la journée de la femme.

Mais ce matin, j’ai eu envie de noter au tableau les différentes entrées et orientations, quelques mots clés, domaines, exemples concrets ou abstraits dont on m’a parlé.

 

Sur les élections présidentielles, le thème du débat”, j’ai pu glaner de superbes choses.

Tout de suite, j’ai proposé de discuter seulement si cela les intéressait, les concernait, si elles avaient envie, sachant qu’il n’y aurait pas du tout de jugement !

Immédiatement, la question du droit de vote de ces femmes qui n’ont pas la nationalité française est venue sur le tapis. J’ai trouvé ces femmes très humbles, conscientes que c’est difficile pour elles, que c’est une injustice parce que leurs grands enfants de plus de 18 ans et leurs maris, eux, ont le droit de vote, et elles non. Mais j’ai aimé aussi leur volonté de voter dans leur pays d’origine. La plus jeune d’entre elles nous a confié qu’elle allait au Consulat de la grande ville du département pour voter aux élections de son pays d’origine. Je trouve cela très honorable. Nous avons pu parler de tricheries qui auraient eu lieu la semaine dernière en Turquie, ce qui a un peu lancé le débat. Hop, on a pu comparer des idées, les systèmes électoraux dans les différents pays, le fait que des personnes étrangères surveillent les élections pour éviter les failles, les inégalités devant la démocratie (je cite : “Donald Trump aussi c’est un tricheur”), réponse en face, “Tout ça c’est l’argent ! Ce n’est pas juste !”

Puis petites questions de ma part “Entre vous, dans la famille, vous parlez beaucoup des élections ?” Réponses très intéressantes : “oui les enfants demandent, on parle même des programmes, de ce qui est important pour nous”. Transition toute faite pour moi : quels enjeux ?

A partir de là j’ai commencé à écrire sur mes petites feuilles et au tableau :

Santé, social, réduction du chômage, travail, emploi etc... (oui j’aime les synonymes), éducation, retraite, et à chaque fois les dames parvenaient à m’expliquer, me donner des exemples de ce qui leur semblait important.

 

Ensuite, 2e feuille : quelles missions, quels rôles, quels objectifs pour le président ?

Réponses attendues : gardien de la justice, de la police, représentant du peuple, etc

Réponses réelles : la sécurité, l’emploi, les conditions de vie, le niveau de vie, etc.

 

Mais le débat a pris une accélération au moment des symbôles de la République. Ce fut un moment d’échange convivial et de recherche en groupe. Jusqu’alors, la discussion était surtout présente entre deux des apprenantes et avec moi, mais les autres apprenantes ont réussi à sortir de leur silence et se lâcher un peu plus. Même si ce ne sont que des mots et pas toujours des phrases, ce fut très productif selon moi.

3e feuille : les symboles

Nous avons un peu dérivé sur les symboles de l’Alsace, je pense que c’est dû à mes nombreuses présentations sur les monuments, la gastronomie, les traditions régionales mais que ce n’était pas tellement hors sujet : petites nouvelles sur Bartoldi et la Statue de la Liberté et sur la cathédrale de Strasbourg, puis Notre Dame de Paris. Et comme je ne suis pas sans ressources, je me suis mise à dessiner des choses hideuses qui ressemblaient vaguement à Notre Dame de Paris et à un arc de triomphe. Même que l’une des dames a piqué un fou rire vu mon niveau “Petite section de maternelle”en dessin. Bon okay ce n’est pas ma spécialité.

Du coup j’ai évité de dessiner la Tour Eiffel mais on a regardé son orthographe. On a dérivé sur la devise française, la Marseillaise et Rouget de Lisle (nous étudirons les paroles la prochaine fois parce que les dames ne savaient pas qu’elle avait des paroles “sanglantes”) et nous travaillerons aussi sur la chanson “Aux Champs Elysées”, en mode : je profite de chaque moment du cours pour travailler le français : vocabulaire, temps, message de l’auteur, visée, ton de la chanson etc...

 

Puis nous avons parlé du vocabulaire des élections, même si j’aurai dû commencer par cela logiquement. Bulletin de vote, isoloir, urne, bureau de vote... j’ai vu les apprenantes ouvrir leur cahier et copier avec intérêt. (je n’ai dessiné que les bulletins de voteet l’isoloir !! avec modération ça passe mieux!!)

 

Et la question la plus intéressante selon mon point de vue a été celle des valeurs, droits et devoirs pour vivre ensemble en France.

La jeune apprenante la plus avisée en Français a tout de suite parlé du respect. On a donné des exemples pour mieux faire comprendre ce que c’est que ce mot. Respect du code de la route, respect des règles de vie, pas de chewing gum ni de téléphone, je ne vole pas mon voisin, “j’accepte les gens comme ils sont”, la liberté de parler, choisir pour qui on vote, choisir sa religion, etc... Ce fut très varié et les élèves ont toutes participé, toutes quelques mots. Et puis la dame qui parle le plus dans ce petit groupe a relevé beaucoup de choses comme “la liberté, la fraternité, l’égalité”, “le droit à la religion”, “le droit à l’éducation”... j’ai cru comprendre par exemple que le coût de l’école publique contre l’école privée était injuste pour ces mamans, qu’il en va de même pour l’égalité devant la loi : le droit de vote, le droit au logement, le droit à une retraite décente, à une sécurité sociale “performante”, sont des questions qui les concernent particulièrement.